ITALIE TOSCANE FLORENCE ART

Florence, quand la pierre prend vie !

3

Visiter Florence, c’est un peu déambuler dans un musée à ciel ouvert tant la ville regorge de richesses artistiques et architecturales.

La capitale des Médicis ne peut laisser le voyageur indifférent. À chaque coin de rue, on trouve des splendeurs et il faudrait y passer des semaines afin de prendre le temps d’en découvrir l’essentiel.

Les génies de la Renaissance y ont tous laissé leur empreinte et, en ce mois de juillet 2014, c’est avec l’un d’entre eux que nous avons fait connaissance.

La Galleria dell'Accademia est un tout petit musée à l’échelle de la cité. Mais il est pourtant le second le plus visité, et pour cause. Il abrite un des chefs d’œuvre de Michel-Ange. Ce célèbre artiste toscan était un sculpteur de génie bien que son œuvre la plus connue reste la fresque de la Chapelle Sixtine du Vatican.

Copie du David de Michel-Ange sur la Piazza della Signoria

Au début du XVIe siècle, il s’attaqua à une gigantesque pièce de marbre de Carrare qui hantait la Piazza del Duomo depuis plus de cinquante ans et qui avait découragé tous les artistes qui s’y étaient frottés. En trois ans, il en fit une majestueuse représentation de David, le héros biblique qui terrassa Goliath.

En 1504, elle prend place sur la Piazza della Signoria, le siège du pouvoir de la République de Florence. Elle y resta jusqu’en 1873, date à laquelle elle fut transférée à son emplacement actuel, afin de mieux la préserver des affres du temps.

Tout en cette œuvre provoque des émotions intenses.

Sa taille, tout d’abord, impressionne le visiteur : plus de quatre mètres pour la statue elle-même et près d’un mètre de plus sur son piédestal. On se rend compte de sa grandeur en parcourant la longue salle qui y mène et, c’est une fois arrivé à ses pieds que l’on prend conscience de la dimension de ce géant de pierre.

Puis vient l’heure de l’impression générale laissée par l’œuvre autour de laquelle on déambule. Le héros donne une image de toute puissance tant par sa posture que par ses muscles saillants qui laissent supposer un affrontement imminent.

Enfin, on ne se lasse pas d’observer en détail toutes les parties de l’immense sculpture, des énormes mains aux veines gonflées, au regard énigmatique du visage, à cette nudité majestueuse qui choque encore dans de nombreux pays. Les veines du marbre semblent même y avoir été magnifiées pour donner vie au géant.

Pour les amateurs d’art comme pour les néophytes, cette visite ne laissera personne de marbre et ces quelques mots, j’espère, vous donneront l’envie d’aller rencontrer David, ce symbole magnifique de la Renaissance que nous a laissé Michel-Ange.

• • •

Cet article est rédigé dans le cadre du Grand Concours MyAtlas 2019. S'il vous a plu, n'hésitez pas à le placer dans vos favoris en cliquant sur le cœur en haut de page. Merci à vous !

Retrouvez tous nos récits de voyage et articles à partir de notre profil MyAtlas.

Stupendo ! Merci pour tous ces partages et je crois que j'ai une idée de qui me donner des cours de photographie 😉

Poster un commentaire

Si vous êtes déjà inscrit sur MyAtlas, connectez-vous ! Pas encore inscrit ? Découvrez MyAtlas, le site qui permet de raconter et organiser ses voyages.