Chasse aux moustiques !

Comment se protéger des moustiques ? Confectionner des moustiquaires à bas prix pour le camping-car et choisir des répulsifs en pleine conscience pour survivre à l'enfer de zones infestées.
Partager cet article
1

Tous les camping-cars sont équipés de moustiquaires au niveau des fenêtres et lanterneaux, certains même pour la porte d'entrée de la cellule. Mais l'expérience nous l'a démontré (escapade à Milan en 2016), elles peuvent être insuffisantes lorsque l'on se trouve dans une zone infestée ou lorsque les nuisibles sont si minuscules qu'ils arrivent quand-même à se faufiler pour nous rejoindre à l'intérieur.

Pour notre année en camping-car en Amérique du nord, il était hors de question que ces petites bêtes aient notre peau !

Nous avons confectionné en 3 jours des moustiquaires complémentaires pour le camping-car à moindre coût.

Prêts ? Alors à vos ciseaux, bobines de fil et velcro, on vous explique tout... ou presque.

Difficulté n°1 : trouver un tissu à moustiquaire au maillage assez serré pour empêcher même le plus microscopique des moustiques de passer mais qui laisse circuler l'air, souple, léger, résistant et pas cher en prime. Mission impossible ? Pas tout-à-fait. Nous avons choisi cette moustiquaire d'extérieur à suspendre 300x500x250 cm disponible chez Amazon pour une trentaine d'euros. Après avoir testé la qualité du tissu pendant 1 an, nous pouvons confirmer que c'est le top, maillage adéquat, souple et très résistant. Nos moustiquaires viennent de subir un lavage en machine sans aucun dommage.

Difficulté n°2 : mesurer et tailler les pièces de tissu dans une moustiquaire de 300x500x250 cm. Arriver à la démêler sans l'abimer, heureusement qu'elle est très résistante ! Foutoir assuré dans le salon... On finit par y arriver. C'est parfois mieux d'être à deux.

Dans cette moustiquaire à suspendre, la quantité de tissu est suffisante pour doubler chaque rideau de moustiquaire, ce qui permet d'avoir 2 barrières contres les insectes en une seule opération. Ainsi, nous avons pu équiper les 5 fenêtres, les 2 lanterneaux, les 2 aérateurs de toit, la porte de la cellule, en rajouter 2 devant les lits et encore une entre la cabine de conduite et la cellule de vie. J'ai enfin utilisé les chutes pour confectionner des filets de rangement pour les enfants et un sac pour le linge sale car la souplesse et l'élasticité du tissu le permettaient.

Les filets de rangement ont accueilli doudous, livres et souvenirs pendant toute la durée du voyage 

Autres fournitures nécessaires au travail :

  • des bobines de fil synthétique blanc ;
  • du velcro autocollant comme celui-ci (celui que nous avons utilisé n'est plus disponible en ligne) ;
  • des aiguilles de rechange pour la machine à coudre (elles finissent par casser à cause de la colle du velcro qui s'accumule) ;

Écueil à éviter : vouloir réutiliser les tringles à rideaux existantes dans le camping-car pour accrocher les nouvelles moustiquaires. C'est une perte de temps inutile car cette installation n'est pas hermétique et laissera passer les insectes. J'ai passé des heures à découdre les anciens rideaux pour récupérer le ruban fronceur et le piquer sur les moustiquaires pour me rendre compte que cela ne servait à rien ! Le mieux est de se débarrasser des jolis rideaux, de coller du velcro sur la paroi et d'y accrocher la moustiquaire. En fait, c'est même pas vilain !

Mise en œuvre :

  • couper les liens d'origine utilisés pour accrocher la moustiquaire d'extérieur, ils pourront être réutilisés à l'intérieur du camping-car pour retenir les nouveaux rideaux ;
  • couper le tissu à vos dimensions et en fonction du produit fini que vous voulez obtenir (si vous doublez le tissu, si vous voulez faire des ourlets, des plis... mais prévoir toujours un peu plus grand pour laisser dépasser sur le côté des fenêtres) ;
  • plier le tissu en 2 pour obtenir une double moustiquaire puis faire des ourlets de chaque côté ; les ourlets ne sont pas franchement indispensables car le tissu ne s'effiloche pas après découpe ! Mais c'est mon petit côté perfectionniste, un peu pénible...
  • coller la partie "douce" du velcro adhésif en haut de la moustiquaire et le coudre pour plus de solidité, car avec les changements de température, l'humidité et l'utilisation de la moustiquaire, le velcro autoadhésif a tendance à se décoller du tissu ;
  • fixer sur vos parois du camping-car la partie du velcro auto-agrippante (très bonne tenue constatée à l'usage) ;
  • il n'y a plus qu'à scratcher les moustiquaires dans le camion !

Pas besoin d'être un grand couturier pour réussir l'opération ! Et vous trouverez bien quelqu'un qui a une machine à coudre dans votre entourage et qui sera d'ailleurs sûrement prêt à vous donner un coup de main. Coût total de l'opération : environ 50€ !

Pour améliorer encore la protection, il faut imprégner les moustiquaires de perméthrine. On la trouve en spray ou sous forme liquide pour trempage. L'efficacité est de 3 à 6 mois, l'idéal est d'avoir quelques sprays en stock pour renouveler l'application facilement pendant le voyage. C'est infecte à appliquer, très irritant, à faire un jour sans vent mais c'est complètement inodore et sans danger et très efficace lorsque c'est sec. Nous avons choisi la marque Insect Ecran.

Avec tout ça, 3 rangées de moustiquaires + insecticide, on se croit à l'abri. Eh bien, c'est sans compter sur certains nuisibles microscopiques rencontrés par endroits, et notamment en Floride, qui trouvent d'autres entrées ! Certains arrivent à passer entre la paroi du véhicule et les cassettes d'origine contenant les moustiquaires et rideaux occultants. Une solution efficace : le scotch ! Un bon gros ruban adhésif moche comme tout. Mais la fin justifie les moyens et enfin le camping-car devient complètement hermétique aux moustiques !

2

La première et la plus efficace des solutions est de sortir le plus habillé possible ! Pantalon, chaussures fermées et chaussettes qui montent, chemise légère à manches longues, chapeau, lunettes. Il arrive qu'on se trouve dans des régions où les moustiques piquent à travers les vêtements, il est alors conseillé de les imprégner de perméthrine avant le départ. Nous avons rencontré cette situation une fois pendant le voyage et, comme nous n'avions pas imprégné nos vêtements d'insecticide, nous ne sommes pas restés longtemps !

Évidemment, lorsqu'il fait 40°C, on a plutôt tendance à sortir en short et en tong alors il n'y a pas d'autres solutions que les répulsifs à appliquer sur la peau. Personnellement, nous n'aimons pas du tout ces produits, ni la sensation qu'ils laissent sur la peau, ni leur odeur, ni le goût qu'on finit par sentir dans la bouche même en prenant toutes les précautions. C'est très inconfortable mais nécessaire pour se protéger de piqûres d'insectes qui pourraient véhiculer des maladies et, tout simplement, parce que c'est l'enfer de se retrouver au milieu de nuées d'insectes assoiffés de sang.

Après avoir fait de nombreuses recherches, nous avons opté pour deux types de répulsifs disponibles chez Insect Ecran. Un dont le principe actif était le DEET et un autre à l'Icaridine (ou KBR3023). Nous avons bien fait car, suivant les zones où nous étions, l'un fonctionnait mieux que l'autre. Par exemple, dans l'archipel des Keys en Floride, seule l'Icaridine fonctionnait bien (les moustiques sévissaient nuit et jour y compris sur la plage, et piquaient même si nous étions enduits de DEET, c'était horrible) tandis que, non loin de là, dans le parc national des Everglades, il valait mieux utiliser le DEET.

Ce document émis par l'institut Pasteur de Lille en 2018 peut aider à faire un choix.

Sur notre année en Amérique du nord, nous en avons peu utilisé. Pour 4, nous avons consommé environ 1/2 flacon de DEET 50% et 1/2 flacon famille à l'Icaridine 20% de la marque Insect Ecran. Les moustiques et autres insectes sont pourtant très présents au Canada, dans le sud de la Floride et dans certaines zones du Mexique.

Nous avons souvent préféré sortir couverts malgré la chaleur et manger le soir dans notre camping-car plutôt qu'en extérieur car, grâce à nos moustiquaires maison, nous étions à l'abri même en ayant la lumière allumée et toutes nos fenêtres et portes ouvertes.

3

Revenir à l'accueil du site

Lire d'autres articles relatifs aux aspects pratiques de notre voyage en Amérique du nord.

Lire nos carnets de voyage en camping-car en Europe, en France, en Amérique du nord.

Merci pour ces Infos ! 😜

Alors là ! Moi qui aime les HE .... eh bien on va acheter ce qu’il faut ! Merci pour ces conseils 😉

merci pour les infos mais ne dites pas que l'anti moustique est sans danger...(surtout insect écran...)

Poster un commentaire

Si vous êtes déjà inscrit sur MyAtlas, connectez-vous ! Pas encore inscrit ? Découvrez MyAtlas, le site qui permet de raconter et organiser ses voyages.