Grand tour de Bretagne en camping-car

Nous profitons de ce chaud mois de juillet pour visiter cette belle région française. Au programme, côtes sauvages, villes de charme, gastronomie pur beurre et randonnées pour éliminer les excès.
Juillet 2019
3 semaines
2
J1

Pour ces vacances d'été, nous voilà repartis avec notre fidèle camping-car vers les routes de la Bretagne.

Pour bien débuter, le frigo, qui jusque-là fonctionnait à merveille à la maison, ne veut plus redémarrer sur le gaz. Trente minutes plus tard et après un bon nombre de tentatives d'allumage, le voilà reparti. Ça sent les problèmes en perspective, mais on est optimiste et on file comme si de rien n'était.

Une courte pause déjeuner à Poitiers, et nous voilà déjà arrivés à destination en début d'après-midi à Oiron, devant son château classé aux Monuments Nationaux. Sous un soleil de plomb, nous déambulons dans le joli parc qui entoure cet édifice dans lequel est hébergée une collection d'art contemporain.

Le château vu de l'extérieur 

Nous visitons ensuite les différentes salles pour découvrir la collection "Curios & Mirabilia", qui s'inspire du thème des cabinets de curiosité cher aux mécènes de la Renaissance.


"Curiosités & Merveilles", une partie de la collection d'art contemporain 
Des intérieurs richement décorés 

Une agréable visite loin des sentiers battus. Les hordes de touristes juillettistes méconnaissent, hélas, cet endroit qui vaut pourtant le détour.

Pour clore la journée, le frigo s'est arrêté au cours de notre visite et, au vu des températures extérieures, je ne donne pas cher de nos denrées périssables. Quitte à tout perdre, je démonte la grille faite maison l'an dernier aux États-Unis, puis le brûleur et la carte électronique, j'essaye d'enlever le maximum de poussière et de résidus qui se sont gentiment installés dans tous les interstices et remonte le tout en croisant les doigts. Après deux ou trois réglages, le frigo repart de plus belle et semble fonctionner comme jamais. Je ne m'emballe pas trop car je connais le farceur, il est capable de tout ! On verra au jour le jour. En attendant, premier apéro des vacances, nous sommes seuls devant ce joli site.

J2

Pour info, le frigo a tourné toute la nuit, il ronronne comme un beau matou. Pourvu que cela continue.

Elle est belle, la campagne française, au petit jour. 

Ce matin, nous roulons vers Angers pour visiter cette ville et son château médiéval classé aussi Monument National. Garés dans un immense parking gratuit à quelques encablures du centre, nous commençons bien la journée et attaquons la visite de la citadelle fortifiée. Les abords de la Maine sont paisibles.

Nous entrons dans la forteresse royale qui surplombe la rivière et passons la fin de matinée à l'arpenter. Au programme, jardins, remparts et, surtout, l'extraordinaire Tapisserie de l’Apocalypse, chef-d’œuvre du XIV° siècle aux dimensions impressionnantes (plus de cent mètres de long sur six de haut).

Nous faisons ensuite escale pour la nuit sur le site mégalithique de la Roche aux Fées. On peut y voir un des dolmens les mieux conservés d'Europe au cœur d'une forêt de chênes séculaires.

Cette nuit, nous aurons pour nous seuls le petit parking attenant au centre d'information du site. Un bivouac tranquille et reposant, comme on aime !

J3

Départ de bon matin pour aller se garer dans la métropole rennaise, aux abords de l'enceinte du Stade rennais. En quelques kilomètres de marche au bord de la Vilaine, nous arrivons dans le centre-ville. Nous y découvrons de splendides maisons à colombage et un parc bien agréable avec les fortes chaleurs du jour. Nous y dégustons nos premières galettes de blé noir et notre première bolée de cidre, tradition bretonne oblige.

Nous finissons la journée sur les bords du canal d'Ille et Rance, au niveau du site des Onze Écluses. Le cadre verdoyant et fleuri est tout à fait charmant et permet une agréable promenade. On peut même y dormir avec le camping-car. Que demander de plus !

J4

Aujourd'hui, visite d'un site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, le Mont Saint-Michel. Nous ne serons certainement pas les seuls à venir découvrir cet îlot rocheux puisque deux millions et demi de visiteurs s'y pressent chaque année. Il faut donc prévoir de la marge pour être sûr d'avoir une place et s'installer.

Heureusement, une belle et grande aire pour camping-car est installée à seulement quelques kilomètres du site, sur la commune de Beauvoir. Nous y trouvons un emplacement spacieux en fin de matinée grâce à nos recherches préalables sur l'application Caramaps, qui nous a aidés à préparer notre itinéraire cette année.

Nous prenons des forces au déjeuner avant de nous lancer à l'assaut de ce géant de pierre. Trois kilomètres à pied le long du Couesnon, quinze minutes de navette collés-serrés jusqu'au rocher, puis 350 marches à gravir au milieu de la marée humaine sont nécessaires avant d'atteindre l'abbaye bénédictine. Un vrai chemin de croix pour nos jeunes marcheurs entre la chaleur ambiante et la foule omniprésente.

Le monastère est à peine plus calme et la visite de l'ensemble abbatial reste éprouvante dans ses parties les plus étroites. Heureusement, le cadre et l'architecture du site compensent largement ces désagréments.

C'est à l'écart des hordes de touristes, dans les petites ruelles délaissées et sur les remparts désertés que nous profitons au mieux des magnifiques perspectives sur l'île et son environnement naturel exceptionnel.

Nous rentrons éreintés au camping-car ce soir mais les yeux pleins de merveilles !

J5àJ7

Après cette course effrénée des derniers jours, passée entre route et visites, les enfants, mais aussi un peu les parents, ont besoin d'une petite pause salutaire. Nous nous installons donc pour trois nuits dans un camping, le premier du voyage, à Cancale.

Au programme, grasse matinée (enfin, pour les marmottes), petite balade (pas vraiment petite diraient les enfants) et baignade revigorante dans la piscine en fin de journée pour oublier le mal aux pattes. Enfin les vacances diront certains !

Nous en profitons tout de même pour visiter le joli port de Cancale connu pour son activité ostréicole.

Nous effectuons une partie de cette visite accompagnés d'Asterenfamille, une famille qui a choisi de devenir nomade et qui projette un voyage en Europe. Patrice et Amandine suivent depuis quelque temps déjà nos "aventures" sur les réseaux sociaux. Nos vacances en Bretagne ont fourni l'occasion de se rencontrer le temps de partager un pique-nique et d'échanger sur le voyage et les choix de vie en général... Belle rencontre.

Nous faisons aussi le tour de la Pointe du Grouin sur deux journées, pour profiter avec modération des quinze kilomètres du sentier des douaniers qui borde cette partie de la côte d’Émeraude. Les mollets commencent à être bien en forme, il ne faut donc pas faiblir et continuer sur ce bon rythme de marche. Et puis, il y a toujours une spécialité bretonne, riche en beurre de baratte et en sucre pour nous requinquer : galette, palet, kouign-amann, far ou caramel au beurre salé, le paradis ou l'enfer du gourmand, ça dépend !

J8

Départ matinal du camping de Cancale pour prendre d'assaut à la fraîche la cité des corsaires : Saint-Malo.

La commune a gentiment organisé l'accueil des camping-caristes et propose un immense parking avec services en périphérie du centre, certes payant (7,50 € pour 24h) mais avec un service performant et rapide de navettes qui mènent droit à sa vieille ville. Une très agréable initiative !

Nous avions gardé en mémoire de notre dernier passage, une ville grise et venteuse qui ne nous avait pas charmés. Aujourd'hui, sous un grand ciel bleu, la visite est autrement plus emballante. Même si l'architecture de la ville est plutôt austère, son cadre naturel entre mer et fleuve est splendide et la déambulation sur les remparts et dans les petites ruelles offre de magnifiques perspectives. Si l'on ajoute à ça, une bonne petite galette accompagnée d'une rasade de cidre, le succès est total pour cette petite demi-journée de visite.

Nous partons en début d'après-midi le long de la Rance pour nous rendre à notre bivouac du soir à Léhon, petite bourgade désormais fusionnée avec sa grande sœur, la médiévale Dinan. Le cadre est, là encore, magnifique et la cité superbement conservée tout en étant incroyablement vivante et animée. Un vrai petit bijou !

J9

Nous entamons notre dernière étape sur la côte d’Émeraude en parcourant le littoral autour du Cap Fréhel. Nous nous installons sur le parking gratuit du fort La Latte (interdiction d'y dormir, mais agréable en journée pour faire une partie du GR34) avant de partir nous promener pendant une grosse dizaine de kilomètres sur le sentier des douaniers. La côte est ici encore très sauvage et se pare de magnifiques couleurs, des bleus changeants de la mer aux verts diaprés de la lande, le tout rehaussé par des touches de couleurs de la flore épanouie. Une bien belle balade, bien qu'un peu longue pour les enfants au retour !

Quand les champs se jettent dans la mer... 

Nous passons la nuit à proximité, dans le village de Plévenon, où la commune met à disposition gratuitement un grand et agréable parking pour les camping-cars. Vraiment accueillants, ces Bretons !

J10àJ11

Nous reprenons la route pour rejoindre Trégastel et profiter à plein de cette étonnante côte de Granit Rose. Pour la première fois du périple, nous avons des difficultés à stationner et nous sommes même contraints de renoncer à nous installer dans un camping puisque ce dernier est complet. Nous nous rabattons sur l'aire de service, où nous nous alignons comme des sardines dans leur boîte afin que tout le monde puisse s'installer. Heureusement, il fait beau mais pas trop chaud et nous sommes proches à la fois des chemins de randonnée et de tous les commerces. Nous faisons donc une pause dans nos marches cet après-midi pour reposer les jambes et flâner un peu. Seule entorse au programme, une petite balade digestive en soirée au soleil couchant (ou presque).

En pleine forme le lendemain matin, nous enfilons les chaussures de randonnée pour aller parcourir les rochers remarquables qui jalonnent le littoral de Ploumanac'h. Nous avons bien fait de partir de bonne heure, car le sentier des douaniers est vite pris d'assaut par les nombreux touristes sur place. Il est vrai que le spectacle en vaut le détour !

Le soir, pour sortir de notre boîte de sardines à camping-car, nous filons vers les Monts d'Arrée et la région des enclos paroissiaux à Saint-Thégonnec. Une superbe aire gratuite nous y attend avec de beaux emplacements délimités par de jolies haies avec même des tables de pique-nique sur chaque parcelle et vue sur le clocher de l'église. Un petit food-truck vient même nous régaler d'excellentes pizzas en soirée. Un vrai bonheur !

Nous en profitons pour commencer la tournée des enclos paroissiaux de la région, ces espaces clos rassemblant ossuaire, calvaire, mur d'enceinte avec porte monumentale et bien entendu une église ou une chapelle.

Saint-Thégonnec en est un parfait exemple. C'est une belle manière de débuter ce parcours au cœur d'une vision bien bretonne de la foi catholique.

Le calvaire 
L'ossuaire 
L'église, à l'extérieur...
... et à l'intérieur 
J12

Aujourd'hui, grosse journée de visite au programme : de nombreux petits villages avec leurs enclos paroissiaux typiques de la région, une grimpette sur un des sommets de Bretagne (on ne rigole pas, c'est tout de même à 384 mètres d'altitude) et une promenade dans le chaos de rochers de la forêt de Huelgoat.

Première étape : Guimiliau

Ne pas louper la visite du centre d'interprétation des enclos paroissiaux à Guimiliau, attenant à l'office de tourisme. Il est interactif, moderne, très instructif et permet de mieux appréhender la visite de toute la région. Un outil pédagogique comme on aimerait en voir partout !

Deuxième étape : Lampaul-Guimiliau

Troisième étape : Roc'h Trevezel

Quatrième étape : le chaos de Huelgoat

Dernière étape : Pleyben

Une grosse journée que nous terminons rincés sur la commune de Pleyben. Hélas, pour une fois, le parking n'est pas terrible et même bruyant la nuit. C'est la première fois du voyage que le bivouac est moyen. On devient vite exigeant !

J13àJ14

En regardant la météo ces derniers jours, nous avons vu que le beau temps prendrait deux jours de vacances sur la pointe du Finistère et laisserait la place à sa grande copine, la pluie. Une rareté en Bretagne, me direz-vous !

Alors, pour fêter ça, on s'installe dans un camping au calme sur la presqu'île de Plougastel. Il y a une piscine... couverte et chauffée, donc on pourra même se baigner sous des trombes d'eau. Deux journées qui ont tout pour plaire aux enfants : pas de rando, baignade à gogo et même la 4G passe ... trop cool !

J15àJ16

Aujourd'hui, nous retrouvons la côte et le soleil, qui ne sont l'un comme l'autre, jamais très loin en Bretagne. Nous nous installons pour deux nuits sur la commune de Camaret-sur-Mer et son aire communale pour camping-cars gérée par la camping municipal. C'est proche du centre et du GR34, les emplacements sont bien délimités et assez spacieux, même si la nature a tendance à déborder par manque d'entretien.

Pour nous remettre en jambes, nous faisons une petite balade autour du port et de la pointe du Grand Gouin.

Le lendemain, c'est vers la pointe de Pen-Hir que nous mènent nos pas. La vue depuis le sentier des douaniers y est ici particulièrement belle, entre longues plages et abruptes falaises.

Le soir venu, nous errons au milieu d'un alignement de menhirs et observons d'un peu plus près la faune locale. So cute !

J17

Cap sur le Sud Finistère et ses fameuses pointes rocheuses.

La plus connue, la pointe du Raz, est un grand site de France, un label qui rassemble 18 espaces naturels français reconnus pour leur beauté et pour lesquels les collectivités s'engagent fortement en termes d'écologie et de développement durable. C'est une belle initiative qui a un coût (les parkings sont payants avec un tarif journalier de 6.50€ pour un camping-car) mais qui semble essentielle pour préserver ces sites à l'écosystème si fragile.

Les sentiers qui entourent la pointe, donnent de magnifiques points de vue sur cet éperon rocheux, véritable proue naturelle de l'Europe.

Nous filons ensuite à la pointe du Van, dont une partie du parking accueille les camping-cars, même pour la nuit. Une aubaine, gratuite en plus de ça ! La promenade y est là aussi intéressante et plus paisible que chez sa grande sœur envahie par les touristes.

J18
J18

La canicule est annoncée sur la France. Il fait 32°C à Quimper, c'est très chaud pour les locaux, semble-t-il, mais on mesure notre chance d'être ici (42°C affichés chez nous). Vive la Bretagne !

La visite de la ville est très agréable en ce premier jour de Fête de la Cornouaille. Il y a des animations un peu partout dans la vieille ville, des orchestres traditionnels avec biniou, bombarde, cornemuse et caisse claire, des danseurs hip-hop sur fond de musique celtique, des exposants le long de l'Odet et des stands de restauration traditionnelle bretonne.

Nous visitons une petite exposition sur la broderie traditionnelle bretonne qui se retrouve de nos jours davantage dans les défilés de haute couture que dans les vêtements de la vie quotidienne.

Nous déambulons ensuite le long des ruelles aux maisons à colombage avant de nous offrir notre dernier restaurant en terrasse.

Le soir, direction Elliant, une petite bourgade à l'est de Quimper où nous passons une agréable soirée avec de futurs globe-trotteurs en préparation pour un voyage au long cours, certains autour du monde en sac à dos, d'autres aux Amériques en camping-car, et avec qui nous avons partagé un apéro plein d'échanges et de bonne humeur (un mini-rassemblement de Familles Autour du Monde). Encore un très beau moment de partage !

J19

Retour plein est, ça sent déjà le retour de vacances. Direction le Morbihan où nous ne faisons qu'une petite halte, car nous connaissons déjà plutôt bien ce département.

Nous nous arrêtons tout de même à Quiberon pour faire un dernier tour sur le sentier des douaniers, du côté de la côte sauvage, face à l'océan. Aujourd'hui, même les bourrasques et les embruns ne rafraichissent pas beaucoup l'air ambiant, tant le soleil est ardent.

Donc, ce soir, on sort le store et on reste à l'ombre, tranquille !

J20àJ21

Ne sachant plus trop où nous arrêter, et le mauvais temps arrivant pour le week-end, nous décidons de faire plaisir aux enfants en leur offrant une dernière journée détente au camping avant de rentrer chez nous. Ils ont donc droit à la piscine géante et aux toboggans pour conclure ce joli périple breton.

Le lendemain, la pluie fait déjà son apparition et nous quittons donc cette magnifique région sous un ciel, disons typique, même si les trois semaines sur place auront bien fait mentir les mauvaises langues qui disent qu'il pleut toujours en Bretagne.

Six heures de route plus tard, nous sommes à la maison, des souvenirs plein la tête et l'impression que les vacances sont passées bien trop vite. On ne s'est pas ennuyés une seconde, tant cette contrée recèle de richesses, à la fois culturelles, naturelles et bien entendu, gastronomiques. En dégustant quelques palets bretons et autres caramels au beurre salé, je retrouverai encore longtemps (j'en ai fait tout un stock) le goût et la saveur de cette belle escapade armoricaine où nous avons été accueillis comme des princes avec notre encombrant véhicule.

PS : le frigo tourne toujours ... to be continued...

• • •

Petit bilan de l'utilisation de Caramaps :

La version en ligne nous a bien aidés à préparer notre périple et nous avons eu parfois recours à l'application pour trouver de nouveaux points d'étape pendant le voyage (notre itinéraire étant toujours sujet à quelques évolutions...). Les points référencés sont nombreux, cela facilite la vie au quotidien.

La version hors ligne que nous avions achetée avant le départ a été totalement inutile. Nous pensions pouvoir l'utiliser pour la navigation, mais a priori, elle n'est pas prévue pour cet usage (ou alors on n'a pas su l'utiliser !) Cette version ne permet de télécharger que les fiches de renseignements sur les points recensés par Caramaps, et cela prend beaucoup de place sur la mémoire de l'appareil. Or, comme on capte à peu près partout en France avec les smartphones, il n'est pas utile d'avoir tout chargé au préalable.

La version gratuite est vraiment utile avec des fiches complètes et fiables sur chaque point référencé. Des adresses toujours adaptées au gabarit de notre véhicule, ce qui n'est pas toujours le cas avec d'autres applications. En bref, on recommande Caramaps !

• • •

Revenir à l'accueil du site

Lire nos carnets de voyage en camping-car en Europe, en France, en Amérique du Nord