Retour au Portugal ... en camping-car

18 étapes
1 commentaire
1
Pour notre première sortie estivale en camping-car, nous repartons au Portugal. Nous avions adoré notre premier séjour et il semble facile de s'y promener avec notre nouvel encombrant véhicule.
Juillet 2015
3 semaines
Partager ce carnet de voyage
J1
après-midi
J1
après-midi

Ça y est, nous y sommes. Après des années de tergiversations, d'hésitations, de reculades, nous voilà donc heureux propriétaires d'un camping-car. Nous l'avons trouvé à la foire de Bordeaux en novembre dernier mais nous n'en avons pris possession qu'au printemps. Jusque là, nous n'avons fait que l’étrenner sur de courtes périodes, pour le tester le temps d'un week-end ou d'une petite semaine à Pâques. Il nous a déjà fait des frayeurs puisqu'il a fallu changer la carte électronique de la chaudière, qui a rendu l'âme dès la première nuit que nous avons donc passée à tout juste 10° C. Mais, nous n'allons pas nous arrêter pour si peu et espérons que ce retour au Portugal sera le début d'une longue aventure.

Nous partons donc de la région bordelaise en début d'après-midi pour une première étape pas trop longue vers la frontière espagnole. Nous nous arrêtons au nord de Vitoria Gasteiz pour bivouaquer au bord du lac du parc provincial de Landa. Nous avions repéré ce site en avance, histoire de ne pas trop perdre de temps le premier soir et en pensant que nous pourrions profiter du lac pour se rafraîchir si le temps s'y prêtait. Finalement, nuages et fraîcheur sont au rendez-vous mais nous profitons tout de même de la soirée pour nous dégourdir les jambes autour de ce joli point d'eau.

J2

Aujourd'hui, une grosse journée de route nous attend à travers la meseta espagnole pour arriver dans la région de Guarda au Portugal. La clim' tourne à fond sur ce long trajet en plein pic du soleil et nous sommes bien contents de trouver un peu d'ombre au camping pour nous reposer de cette dure journée. Nous profitons même de la petite plage fluviale attenante pour nous rafraîchir. L'ambiance est familiale, le terrain bien entretenu dispose de tout ce dont nous avons besoin et un petit restaurant agrémente agréablement cette étape.

J3

Ce matin,nous nous attaquons au seul massif montagneux portugais digne de ce nom. Il culmine à presque 2000 mètres et réserve de splendides paysages. Depuis la vallée du Rio Zezere où nous avons dormi la veille, nous nous rendons à Covilha, la "capitale" de la région pour ensuite monter à l'assaut de Torre, le point culminant du pays. La route s'élève rapidement et nous faisons quelques arrêts en cours pour profiter des points de vues sur le plateau de Penhas da Saude parsemé de rochers de granit usés par le vent.

Nous jetons ensuite un œil sur la longue vallée glacière du Zezere qui trace un profond sillon dans la Serra.

Et nous atteignons enfin Torre à 1993 mètres d'altitude. Le paysage s'offre à nous à 360° et la relative fraîcheur qui y règne fait un bien fou. De plus, les bâtiments qui trônent au sommet, aux allures de vieux centre météorologique, renferment un petit centre artisanal qui vend des produits régionaux de bonne qualité et à bon prix. Nous y avons goûté un formidable fromage, avis aux amateurs !

J4

Le lendemain matin, réveil sportif avec une petite balade vers de jolis petits lacs au pied de Torre.

Puis, une longue descente nous attend vers les plaines arides de l'Alentejo, région sauvage et peu peuplée de l'est du pays, dont les villages ont souvent gardé un air d'antan. Par contre, en été, chaleur étouffante garantie ! Nous finissons par trouver un bivouac près du lac de retenue de Povoa. Nous y trouvons un peu d'ombre pour mieux supporter la canicule et essayons même de nous baigner dans le lac mais la couleur de l'eau, sa chaleur et ses abords vaseux ne nous font pas prolonger l’expérience bien longtemps. Une fois le soleil couché et les températures retombées, le site est plutôt agréable.

J5
J5

Nous partons au petit matin pour visiter Marvao avant que la chaleur ne devienne insupportable. Cette charmante bourgade aux rues bordées de maisons blanches chaulées s'étage en gradins sur une colline réservant de jolies vues sur la campagne environnante.

Nous filons en début d'après-midi vers le camping Alentejo juste un peu avant Evora. Les emplacements ombragés sont rares et vite pris par les habitués mais la petite piscine et les sanitaires impeccables permettent de bien profiter de cette étape. Dommage que la route adjacente soit aussi bruyante, tout ne peut pas être parfait.

J6

Le lendemain matin, nous faisons quelques kilomètres pour aller visiter Evora. Cette petite ville est un condensé d'histoire avec son acropole romaine, sa cathédrale du XIII° siècle aux multiples influences tant romanes que gothiques et ses palais Renaissance.

Nous passons l'après-midi et la nuit sur le splendide site de Monsaraz. Ce village fortifié nous accueille au pied de ses remparts par une chaleur étouffante qui nous fera nous réfugier de longues heures sous un petit arbre rabougri dont l'ombre est bienvenue. Sur la soirée, nous déambulons dans les ruelles blanches pour profiter de la fraîcheur toute relative qui s'installe et pour s'imprégner de la douce langueur de cette cité baignée de soleil.

J7àJ8

Aujourd'hui, nous laissons derrière nous les campagnes de l'Est pour rejoindre la côte sud du Portugal. Nous empruntons la nationale N2 pour éviter l'autoroute payante A2 mais ce choix n'est pas des plus judicieux. En effet, sur près de 250 km, nous serpentons dans un paysage ma foi fort agréable mais cette route n'est pas de tout repos pour les estomacs fragiles avec ses virages incessants. Nous finissons le parcours en étant tous placés à l'avant du véhicule pour lutter contre la nausée. Heureusement, nous nous posons dans un superbe camping à Olhao pour nous remettre de nos émotions. Nous sommes sous les pins, la piscine est superbe, les animations en soirée séduisent parents comme enfants et la petite terrasse du bar-restaurant finit de nous délasser pleinement.

Le lendemain matin, nous nous rendons à pied dans le centre ville pour nous ravitailler au magnifique marché de la ville. Nous y trouvons de tout, légumes frais, fruits appétissants, miel savoureux, fromages typiques et j'en passe. Un vrai régal de gourmets et en plus, pas cher du tout. Nous nous posons le midi dans un petit restaurant typique du centre ville pour déguster les poissons locaux grillés au barbecue. C'est simple, copieux et d'une fraîcheur incomparable, bref une belle petite adresse qui revigore avant une longue marche jusqu'au camping-car.

Au moment de quitter ce village, nous ne résistons pas à la tentation de faire une nouvelle halte au marché, cette fois-ci avec le camion garé en double file pour refaire des provisions de nombreux produits tous plus gouteux les uns que les autres.

Par contre, pas de photos de cette étape, j'ai oublié et pourtant le camping le méritait amplement.

J9

Après cette petite pause bien méritée, nous reprenons la route vers la jolie ville de Tavira. Cette petite oasis située au bord d'une rivière et séparée de l'océan par une longue lagune nous charme avec sa végétation flamboyante plus méditerranéenne qu'atlantique.

Nous nous installons ensuite sur la Praia de Falesia à Albufeira. Une superbe aire accueille les camping-cars à quelques encablures d'une splendide plage. Le site est un peu bondé à cette saison et les places un peu étroites et moyennement ombragées mais la propreté des lieux, les services et la situation compensent largement. Enfin, nous allons pouvoir profiter de la plage même si l'eau est encore un peu fraîche à mon goût. Mais les enfants adorent !

J10

Après avoir fait trempette de bon matin sur la magnifique Praia de Falesia, nous continuons notre route vers la pointe sud ouest du continent européen, au Cap Saint Vincent. Ce promontoire battu par les vents reste sauvage comparé au reste de l'Algarve fortement urbanisé et touristique. Ici, point de plages envahies d'estivants, point de boutiques, de bars ou de restaurants, seulement des falaises perchées à 80 mètres au dessus des flots et un sentiment mystérieux de bout du monde.

Nous passons la nuit sur le parking de la forteresse de Sagres, quasiment seuls, au milieu des bourrasques de l'Atlantique. En quelques heures, nous sommes passés du climat méditerranéen à celui de la Bretagne. Nous tentons quand même notre chance à la Praia de Mareta en contrebas pour nous baigner. Pour moi, c'est vraiment très frais mais les enfants apprécient quand même, et le cadre est en plus magnifique.

J11

Nous passons la matinée sur le site de la forteresse de Sagres. Les bâtiments n'ont pas de charme particulier mais le chemin de deux kilomètres qui longe les falaises est superbe. On y observe faune et flore locale dans un cadre magnifique.

Avant de remonter vers le nord du pays, nous faisons une halte à côté de Lagos, à Ponta de Piedade. L’accès n'est pas simple en camping-car surtout pour des débutants comme nous. Une étroite route où il ne fait pas bon se croiser permet d'accéder à ce splendide cap aux falaises ocres sculptées par l'érosion marine.

Nous remontons ensuite la côte vincentine pour revenir dans la partie maritime de l'Alentejo dont la côte est elle aussi très sauvage. Nous choisissons de faire étape à Porto Covo. Et c'est ici que j'ai mon premier accrochage avec le camping car. Manque de vigilance, fatigue, connaissance encore imparfaite du véhicule ou peut-être simplement la malchance de rencontrer un vieux pick up roulant un peu au milieu de la chaussée, au final, nos rétroviseurs se percutent et nous voilà bien embêtés ! Heureusement, la police locale intervient rapidement pour dresser un constat en étant d'une incroyable gentillesse avec moi et me souhaitant une bonne fin de séjour. Plus de peur que de mal, mais l'expérience m'a tout de même un peu chamboulé et contrarié. En fin de compte, nous arrivons quand même à nous installer en bord de mer avec une vue imprenable sur l'océan et la soirée se finit bien.

J12

Nous quittons donc la côte pour revenir dans les terres et nous nous rendons à Tomar. C'est la première ville que nous refaisons par rapport à notre séjour de 2012. Le couvent des templiers et un bon restaurant nous ont donné l'envie de repasser par ce lieu. Nous revisiterons avec plaisir le premier mais nous ne pourrons hélas manger dans le second, fermeture hebdomadaire oblige. Tant pis, nous essaierons une autre fois. Nous dormons au petit camping municipal qui a le gros avantage de donner accès à l'immense piscine, ce qui ravit les enfants.

J13

Aujourd'hui, nous refaisons la visite du couvent du Christ qui est l'emblème de Tomar puisqu'il domine la ville depuis 1160. Les templiers en ont fait une véritable forteresse du temps de la Reconquista mais n'ont pas oublié d'en faire un bijou architectural et un plaisir pour les yeux.

Nous roulons ensuite vers la région de Coimbra et nous arrêtons pour la nuit sur le site de Conimbriga, que nous avions aussi vu en 2012 et que nous refaisons encore cette année. Quand on aime, on ne compte pas. Les mosaïques sont toujours aussi splendides et la soleil toujours aussi brûlant.

J14

Nous continuons notre route vers Viseu, petite ville typique du centre du pays avec son joli centre historique.

Nous repartons ensuite vers la côte sur la ria de Aveiro. Nous allons nous poser sur la lagune à Praia de Vagueira. Nous nous réveillons au son des marchands de poissons qui se réunissent juste derrière le camping-car dans une sorte de petite criée locale. Un spectacle matinal plutôt sympathique !

J15

Nous remontons le long de la Costa Verde. Au départ, nous devions nous arrêter sur Porto mais nous avions mal préparé notre arrivée sur la ville, nous avons galéré un bon bout de temps sur les autoroutes qui l'entourent et nous n'avons finalement pas réussi à nous y garer convenablement. Donc cap au nord vers la jolie petite bourgade de Viana do Castelo. Nous allons sur le belvédère de Santa Luzia qui surplombe la ville et offre un panorama épatant sur cette dernière, le fleuve Lima et l'océan tout proche.

Nous faisons une halte pour dormir à Ponte de Lima, sur un immense parking au bord du fleuve à quelques pas de la ville. Nous pouvons en profiter pour faire une petite balade au coucher du soleil et traverser son fameux pont romain.

J16

Nous nous rendons maintenant vers les deux villes principales du nord du pays.

Dans la banlieue de Braga, nous visitons le sanctuaire du Bom Jesus do Monte. Cet étrange monument ressemble à un parcours initiatique à l'attention des pèlerins chrétiens. On y découvre une voie sacrée sous une dense forêt puis un escalier monumental de style baroque. Ce dernier élément est le plus impressionnant et sert de nos jours plus souvent de cadre aux joggeurs du dimanche et aux flâneurs en goguette qu'aux croyants en quête de spiritualité.

a

Nous poursuivons ensuite vers Guimaraes, une ville symbolique pour les Portugais puisqu'il est dit qu'ici est né le Portugal au XII° siècle avec le premier roi, Afonso Henriques. Nous y arrivons en plein festival des Festas Gualterianas, qui agite toute la ville aux sons des orchestres de rues, des processions populaires et des défilés hauts en couleurs. Une occasion rêvée de voir les Portugais célébrer le saint patron de leur ville en habit traditionnel et de jouir d'une superbe ambiance festive et familiale.

Nous trouvons miraculeusement une place au camping de la ville, sur la colline du Parque da Penha. On nous case aux forceps entre deux véhicules et la manœuvre de sortie nous coutera une égratignure sur le store du camion. Le cadre est joli avec une belle vue sur la ville, l'accès à cette dernière peut se faire aisément en funiculaire mais les équipements sont un peu vétustes et pas assez nombreux vu l'affluence. Par contre, comme toujours au Portugal, l'accueil y est parfait.

J17

Nous nous lançons aujourd'hui au cœur de la plus importante région viticole du Portugal dont est issu le fameux Porto mais aussi l'agréable vinho verde. Les vallées sont encaissées, les routes étroites et sinueuses, nous limitons donc notre parcours à la visite du Solar de Mateus n'étant pas encore assez expérimentés avec notre compagnon de route. Ce manoir baroque est le siège d'un prestigieux vin dont nous apprécierons la dégustation. Nous profitons pleinement de ses extérieurs avec jardins à la française, bassins, fontaines et nombreuses essences végétales.

Nous passons la soirée puis la nuit à Braganca, pour notre dernière étape lusitanienne. Nous dormons au pied des remparts de la citadelle qui fut le siège d'une des familles régnantes du pays. Nous en profitons pour faire un dernier petit restaurant, nous qui apprécions tant cette gastronomie portugaise.

J18àJ20

Tout a une fin et il faut bien rentrer. Mais pour profiter pleinement de ces derniers jours, nous prenons notre temps sur le trajet retour.

Nous faisons halte la première nuit près de Burgos au monastère de Miraflores que nous n'avions pas visité en 2013, lors de notre périple Espagne Atlantique. L'endroit est super calme et bercé seulement par les cloches de la chartreuse. Au petit matin, dans une atmosphère paisible, nous faisons le tour de ce bel édifice de style gothique tardif.

Nous faisons ensuite mon pèlerinage gastronomique avant de rentrer dans nos pénates. Une première halte à Santillana del Mar pour faire le plein d'anchois de Santona, de Cabrales des Asturies, de cidre cantabrique et bien sûr, pour les gourmands, de sobao pasiego et de quesada pasiega. Nous dormons au bord de l'océan Atlantique déchaîné à la Playa de Tagle.

Nous passons ensuite la frontière dans le pays basque et je ne résiste pas au plaisir de déguster un merveilleux gâteau basque à Sarre avant d'aller dormir sur Saint Palais pour notre dernière nuit du voyage.

Nos premières vacances estivales en camping-car se sont formidablement bien passées. Le Portugal est une destination parfaite pour des camping-caristes débutants. On y accède facilement depuis la France avec des routes de qualité et gratuites en Espagne. Trouver des bivouacs est la plupart du temps très simple et on trouve aussi de nombreux campings pas trop chers et plutôt bien équipés. Pour les ravitaillements en eau et les vidanges, le pays est pas mal doté de points faciles d’accès et souvent gratuits. La vie sur place est un peu moins chère qu'en France et on trouve beaucoup de bonnes choses à manger, que ce soit à préparer soit-même ou au restaurant. L'accueil des Portugais est toujours chaleureux et bienveillant. Les visites à faire sont nombreuses, variées et peu onéreuses. Les distances à parcourir sont souvent assez courtes entre chaque point d’intérêt et le réseau routier, surtout le réseau principal, est de bonne qualité. Au final, le Portugal que l'on a visité deux fois en quatre ans, une fois en voiture, l'autre en camping-car, demeure un pays à voir et à revoir à notre avis. On s'y sent tellement bien qu'il nous tarde à nouveau d'y revenir.

Pour retrouver l'ensemble de nos bivouacs, vous pouvez consulter le site Ioverlander ici. Tout y est indiqué et n'hésitez pas à y laisser vos bons plans sur toutes vos destinations. Nous avons fait un article sur nos bivouacs pendant notre année d'errance en Amérique du Nord qui parle de ce site. Vous pouvez le lire en cliquant ici.

Votre circuit individuel au Portugal, personnalisable et abordable

Circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires